Enter your keyword

Il était une fois – Chronique d’histoire de la revue de novembre/décembre 2017

Par Caroline Legault

DON ALPHONSO, SUPERHÉROS DES PAGES JAUNES

« Si vous pensez que l’aventure est dangereuse, essayez la routine. » Paolo Coelho

Par passion naissante pour les activités en nature – et histoire de m’en rapprocher davantage, j’avais commencé à travailler dans un magasin de vêtements de plein air. Mais à mon grand désarroi, tout ce qu’il y avait là de plein air, c’était le nom du magasin. Parce qu’en réalité, j’étais pognée au centre-ville où tous mes pires cauchemars étaient réunis, dont cette toilette de toxicomanes à ciel ouvert dans la cour de notre arrière-boutique. Humer des odeurs de pisse et de merde, puis chausser des bottes de construction à la place de sandales, question d’éviter que des aiguilles de seringues te piquent les orteils quand tu sors tes poubelles, voilà à quoi ressemblaient mes activités de plein air au quotidien.

Quand j’ai commencé dans ce magasin-là, je trouvais que ça sentait aussi le vieux poisson mort. Les autres employés m’avaient dit, sur un ton de « je-m’en-foutisme », que ça provenait de l’égout du portillon. « OK, mais… On fait quoi? » que j’avais demandé, proactive. L’air abruti, on m’avait alors répondu qu’il fallait juste mettre un peu d’eau de javel sur le grillage de l’entrée et qu’un clapet s’ouvrait, puis que la senteur finissait par s’estomper. « Mesure à prendre au besoin », avait-on ajouté, mais qui n’était d’aucune efficacité; je le constatais bien. Comble de mon malheur, pour concurrencer c’t’odeur, on s’était mis à installer des camoufleurs : ces parfums chimiques qui, plutôt que d’éliminer l’odeur, s’y mélangent. Là, c’était rendu que ça sentait le poisson mort aux fruits de la passion. J’en pouvais plus.

POUR LA SUITE, DEVENEZ MEMBRE AU RÉSEAU QUÉBEC FOLKLORE.

Caroline Legault par Jacques Pharand
logo_conte_png

Il était une fois – Chronique d’histoire de la Revue Québec Folklore de mai/juin 2017

Le Grand voleur d’Ottawa … et Ti-Jean, voleur de Québec (2e partie)

Par Jean-Luc Boutin

Ti-Jean voleur de Québec s’est rendu cambrioler le coffre-fort royal en compagnie du Grand voleur d’Ottawa. La porte du coffre-fort avait été piégée et le Grand voleur d’Ottawa y a perdu la tête. Le Roi continue de remplacer et de consulter ses mages pour trouver une solution.

Le nouveau Grand Mage déclara « nous avons trouvé un des voleurs, mais comme il n’y a qu’un corps sans tête, nous ne pouvons pas l’identifier et ainsi attraper ses complices. » Voici ce qu’il faut faire: « il faut prendre le corps sans tête et le faire tenir debout sur un chariot, puis le promener partout dans la ville. » D’une part, ceci découragera tous ceux qui pourraient avoir envie de voler et, inévitablement, les membres de sa famille en le reconnaissant, vont avoir une réaction, crier, pleurer ou quoi que ce soit d’autre. Il faudra simplement que des soldats habillés en civils suivent discrètement le chariot et observent les réactions des gens. Quand ils verront quelqu’un crier et pleurer, ils n’auront qu’à investir les lieux et ils trouveront les autres coupables.

Le Roi trouva que l’idée était pleine de bon sens et, comme à son habitude, il déclara : « que l’on fasse comme a dit mon mage ! »

Tel fut dit, tel fut fait.

La procession se promena dans toutes les rues de la ville et le nombre de badauds qui suivaient le cortège facilitait le camouflage des soldats. Comme prévu par le mage, quand ils sont arrivés devant la maison du Grand voleur d’Ottawa, sa femme reconnaissant la dépouille de son mari se mit à crier :

« Ciel, mon mari ! Il s’est coupé la tête ! Mon mari s’est coupé la tête ! Au secours ! Mon mari a la tête coupée ! »…

Rapides comme le tonnerre, les soldats se précipitent vers sa maison, mais Ti-Jean voleur de Québec, rapide comme l’éclair, comprenant la manœuvre, se dépêche de s’enduire le visage de crème à barbe, prend un rasoir et s’inflige une coupure sur la joue. Quand les soldats entrent dans la maison et voient la femme en pleine crise d’hystérie, Ti-Jean voleur de Québec s’avance vers eux et leur dit, assez calmement :

« Ah! Ne vous occupez pas d’elle, c’est comme ça, presque tous les jours. Elle passe son temps à faire des crises, puis là, en plus, elle a peur du sang, ça fait que quand je me suis estropié en me rasant, elle a capoté et s’est mise à crier. C’est de valeur, parce qu’autrement, c’est une bonne femme. Que voulez-vous ? Il faut apprendre à vivre avec ça ? Mes excuses pour le dérangement. »… POUR LA SUITE, DEVENEZ MEMBRE AU RÉSEAU QUÉBEC FOLKLORE.

Jean-Luc-Boutin

Communiqué

Mo Carpels est le nouveau DG du Regroupement du Conte au Québec

Montréal, le 9 mai 2017 – Le conseil d’administration du Regroupement du Conte au Québec est heureux d’annoncer la nomination de Mo Carpels à la direction générale de l’organisme rassembleur de tous les intervenants du conte au Québec.

Actif et impliqué depuis plus de trente ans dans le milieu culturel, Monsieur Mo Carpels a déployé ses compétences à plusieurs postes de direction générale d’organismes culturels de diffusion, de création et de production. Sa très bonne connaissance des enjeux culturels et artistiques, tant en région que dans la métropole, permettra aux conteuses et aux conteurs du Québec de pouvoir compter sur un ambassadeur qui aura comme mandat de promouvoir la vitalité de la discipline ainsi que le dynamisme des différentes activités au service de l’univers du conte et de l’oralité.

« Je suis très enthousiaste à l’idée de m’engager à défendre la place du conte et le rôle essentiel des conteurs dans l’écosystème culturel québécois, indique Mo Carpels. Pouvoir concrétiser certains projets relatifs au rayonnement du conte est aussi un mandat qui m’emballe et me motive également. Je suis réjoui de mettre ma passion et mon expérience au service de toute la famille du conte ».

Le conseil d’administration est persuadé que l’expérience diversifiée et la très bonne connaissance des réalités culturelles de Monsieur Mo Carpels insuffleront un nouveau souffle pour l’essor de la discipline. Au nom de tous les membres du conseil d’administration, Marie-Fleurette Beaudoin et Jérôme Bérubé (coprésidents du conseil d’administration) ont tenu à saluer l’excellent travail effectué par son prédécesseur, M. Nicolas Rochette, qui a assumé cette fonction durant les huit dernières années.

Le Regroupement du conte au Québec rassemble et mobilise les forces vives du milieu pour faire connaître toute la diversité du conte comme un art de la parole. Engagé auprès de ses membres, il soutient, coordonne des activités et des services qui ont un effet structurant pour la discipline. Il encourage la synergie des actions et appuie la recherche d’excellence artistique dans le domaine.

PhotoDGMo